Étudier les corporalités trans, sans réduire les personnes trans à leur corps

Bloc note ouvert sur lequel est posé un crayon de papier dont le bout a été mordu et une feuille de papier froissée
Image : congerdesign sur Pixabay

Je voudrais revenir dans mes prochains billets sur des questionnements qui ont été les miens lors de la conception et de la rédaction de mon mémoire de Master 1 (que j’ai présenté dans ce billet) mais aussi sur des difficultés que j’ai rencontrées par la suite pour élaborer mon mémoire de Master 2 et qui expliquent – entre autres – que j’ai choisi de reporter la rédaction et la soutenance de celui-ci d’un an.

Ce billet est donc le premier d’une série ayant pour but de partager mes réflexions sur différents aspects qui m’ont posé problème dans la définition et le traitement de mon sujet de recherche ces deux dernières années.

Contexte de recherche

Bien que j’ai assez rapidement décidé dans mon mémoire de Master 1 de m’intéresser à la question de la représentation des corps des personnes transgenres dans la littérature, ce sujet n’allait pas sans quelques limites et réflexions personnelles et éthiques : même si je me suis pour ma part intéressé à des personnages fictionnels, l’étude des corporalités trans s’inscrit dans la continuité d’une définition exclusivement physique des identités et expériences trans. Cela n’est pas sans conséquences sur leur vie et sur les représentations médiatiques de celles-ci.

Une conception médiatique des personnes trans comme nées dans le « mauvais corps »

Les personnes trans sont en effet la plupart du temps définies par la non-conformité de leurs corps à des normes corporelles. Cette définition est à l’origine du trope du « mauvais corps » qui est refusé par bon nombre de personnes trans, argumentant que ce n’est qu’en vertu de critères cisnormés que leur corps est considéré comme « mauvais ». Ce topos a notamment été analysé par Ulrica Engdahl dans le lexique des trans studies proposé dans le premier volume de la revue Transgender Studies Quarterly1.

Sans même aborder la pertinence ou non pertinence de ce stéréotype, les personnes trans étant, à des degrés divers et par le biais de techniques médicales notamment, susceptibles de se conformer à des normes corporelles cisgenres, celui-ci est à l’origine d’une fascination pour leurs corps et notamment pour leurs organes génitaux.

Cela est notamment mis en avant par Charlie Fabre2 qui s’intéresse au cis gaze (regard cis) au cinéma. Deux des critères définitionnels du cis gaze qu’il mentionne rejoignent directement la question des organes génitaux des personnes trans et celle de leurs transitions médicales qui ont pour but affiché de rendre (plus) conformes leurs corps aux normes cisgenres :

Le personnage trans’ :
[…]
7. suit un parcours médical et l’on peut voir ses prises d’hormones et / ou des opérations chirurgicales / esthétiques liées à son parcours de transition
[…]
9. voit ses organes génitaux exposés à l’écran et / ou à d’autres personnages sans son consentement

Charlie Fabre, « Le cis gaze, en bref », Représentrans, 02/11/2020.

Place des organes génitaux dans les conceptions médiatiques des transidentités

Ainsi, si les personnes trans n’ont pas systématiquement recours à des opérations génitales de reconstruction – notamment parce que ce sont des opérations lourdes mais aussi couteuses et pas forcément prises en charge -, celles-ci sont paradoxalement à la fois surreprésentées dans les médias et supposées ne pas avoir été pratiquées dans l’imaginaire commun du corps des personnes trans.

Par exemple, les catégories « shemale » ou « ladyboy » présentes sur la plupart des sites pornographiques reposent sur une fascination cisgenre pour l’inadéquation entre le genre performé par les acteur·ice·s trans et leurs organes génitaux. Ces étiquettes n’auraient a priori plus aucune pertinence pour des films mettant en scène des acteur·ice·s trans dont les organes génitaux correspondent à ceux attendus chez une personne cis du même genre.

Mais à l’inverse, comme je le disais, les chirurgies génitales sont surreprésentées dans les médias lorsque la question des transidentités est abordée. Ainsi, entre 2018 et 2020 – en moins de deux ans et à l’échelle de l’Europe – on peut déjà citer trois films dont le synopsis repose sur la transition d’une femme trans et qui accordent une place centrale à la vaginoplastie de la protagoniste, qu’elle soit en projet ou effectuée. Il s’agit de « Girl »3, « Lola vers la mer »4 et « A Perfectly Normal Family »5 (« A Perfect Family » en France).

Comme le montrent ces exemples cinématographiques, il est considéré comme acceptable d’évoquer les organes génitaux des personnes trans dans les médias quel que soit leur âge. Parmi les films évoqués ci-dessus, les protagonistes de « Girl » et « Lola vers la mer » sortent tout juste de l’adolescence mais je pense ici surtout à l’une des œuvres étudiées dans mon mémoire de Master 1 Poppy et les métamorphoses (This is how it always goes dans sa version originale) : dans ce roman, le père de Poppy s’interroge dans plusieurs scènes sur les possibilités d’opérations génitales à la disposition de sa fille mais aussi sur les relations sexuelles qu’elle aura plus tard et ce alors que celle-ci a une dizaine d’années à la fin du roman6. Serait-il possible mais surtout serait-il acceptable de mettre en avant ainsi le sexe d’un enfant cisgenre, même fictionnel ?

Conséquences sur ma manière d’aborder les corps trans dans mes recherches

Comme je l’ai déjà abordé ici, mon mémoire de Master 1 s’interrogeait sur les liens entre les normes de genre et le corps des personnages trans dans la littérature, entre autres dans l’optique d’analyser les mécanismes de pouvoir à l’œuvre dans ces relations.

Afin de ne pas reproduire à mon tour les rapports de pouvoir existants entre les corps trans tels qu’ils sont représentés dans les médias et les normes de genre, je devais donc à la fois m’interroger sur les interactions présentes dans les fictions que j’étudiais mais aussi prendre en compte ce biais, notamment lors de la phase de rédaction, pour ne pas le reproduire dans ma recherche. Par exemple, j’ai choisi pour cela dans mon mémoire de Master 1, d’adopter le plus souvent possible des termes non-genrés pour désigner le sexe des personnages partout où la précision du type d’organes génitaux dont iels disposent n’était pas nécessaire.

Dernièrement, j’ai aussi eu l’occasion d’écrire pour le septième numéro de la revue en ligne En Marges sur le thème des « Corps hors-normes » un article sur le roman Une Autobiographie transsexuelle (avec des vampires) de Lizzie Crowdagger7 où j’analyse comment ce roman procède à une normalisation du corps trans, notamment à travers l’ancrage fantastique du récit8. Ce type de contribution me semble important pour mettre en avant comment certain·e·s artistes et auteur·ice·s peuvent aussi prendre à rebours des stéréotypes et des biais communs dans la représentation de groupes sociaux minorisés, ici des personnes trans, et donner de la visibilité à ces œuvres.

Enfin, prendre en compte l’importance donnée dans les médias au corps des personnes trans et la réduction de leurs expériences à des traits physiques, c’est aussi savoir s’en détacher et aborder d’autres plans des identités trans et de la représentation de leurs vécus. C’est pourquoi après ce mémoire qui portait avant tout sur la question du corps, j’ai eu envie de m’intéresser à d’autres aspects de la représentation des personnes trans. Il me restait alors à déterminer des objets d’étude qui me permettent de mettre de côté ou du moins d’accorder une place moins centrale dans ma recherche aux corps et aux transitions physiques des personnages, ce que j’aborderai dans un prochain billet.



Citer ce billet
Alban Marchier-Jamet (2021, 2 décembre). Étudier les corporalités trans, sans réduire les personnes trans à leur corps. Transitions littéraires. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu22

  1. ENGDAHL Ulrica, « Wrong Body », TSQ: Transgender Studies Quarterly, vol. 1/1-2, 2014, p. 267‑269. []
  2. FABRE Charlie, Le regard cis reflété au cinéma, Mémoire de Master 2 : Genre, Littérature et Culture, sous la direction de Yannick Chevalier et Aurélie Olivesi, Université Lumière Lyon 2, 2020, 191 p. []
  3. DHONT Lukas, « Girl », 2018. Pour une critique des mécanismes cissexistes à l’œuvre dans ce film, voir : ESPINEIRA Karine, « Girl », Le Genre & L’Écran, 2018. []
  4. MICHELI Laurent, « Lola vers la mer », 2019. []
  5. REYMANN Malou, « A Perfectly Normal Family », 2020. []
  6. FRANKEL Laurie, « Opération vagin », Poppy et les métamorphoses, Anne-Laure Paulmont et Fredéric Collay (trad.), Paris : Pocket, 2018, p. 427-434. Pour une analyse de ce chapitre, voir : MARCHIER-JAMET Alban, Penser les normes de genre à travers la représentation des corps trans dans la littérature contemporaine, Mémoire de Master 1 : Études de genre, sous la direction de Anne-Laure Fortin-Tournès, Université d’Angers, 2020, p. 19-21. []
  7. CROWDAGGER Lizzie, Une Autobiographie transsexuelle (avec des vampires), Strasbourg : Dans nos histoires, 2014, 270 p. Roman accessible intégralement en ligne au format lyber. []
  8. MARCHIER-JAMET Alban, « Le corps trans est-il toujours hors-norme ? », En Marges, n°7. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search