Penser les normes de genre à travers la représentation des corps trans dans la littérature contemporaine

Machine à écrire d'où dépasse une feuille où il est inscrit "Gender roles" ("rôles de genre" en français)
Image : viarami sur Pixabay

Présentation de mon mémoire de M1

J’ai soutenu mon mémoire de Master 1 “Études sur le genre” fin août 2020.

Celui-ci avait pour objet l’étude des interactions entre les corps des personnes trans et les normes de genres dans la littérature à travers trois œuvres contemporaines dont le personnage principal est une personne trans : le roman de fantasy urbaine Une Autobiographie transsexuelle (avec des vampires) de Lizzie Crowdagger1, le roman contemporain Poppy et les métamorphoses de Laurie Frankel2 et la bande dessinée Appelez-moi Nathan de Catherine Castro et Quentin Zuttion3

Axes de réflexion

Ce mémoire s’articulait autour de trois formes d’interactions possibles des personnages trans avec les normes de genre telles qu’elles sont représentées dans les œuvres :

  • Recherche d’une conformité à des normes corporelles genrées,
  • Transcendance des normes – qu’elle soit subie ou revendiquée,
  • Établissement de nouvelles normes corporelles.

Il faut noter qu’aucune de ces relations aux normes n’est propre à un seul personnage et que celles-ci ne s’excluent pas les unes les autres dans les œuvres.

Par exemple, Nathan dans Appelez-moi Nathan – dont le récit s’articule en grande partie autour de la transition sociale et physique du personnage4 – a recours à une mastectomie – ce qui participe de sa recherche d’une conformité à la norme masculine – , mais est fier de ne pas avoir fait d’opération de réassignation génitale – ce qui constitue une transcendance des normes et même l’élaboration d’une nouvelle forme de masculinité lorsqu’il désigne ses organes génitaux comme étant une “chatte de mec”5.

Conclusions

Les personnes transgenres incorporent dans ces trois œuvres les normes physiques de genre pour différentes raisons, en particulier en raison d’une pression sociale à acquérir un passing pour être reconnu·e comme homme ou comme femme.

Mais cette injonction à passer est aussi révélatrice de la non-conformité inhérente des corps des personnes trans – avant, pendant ou après leurs transitions – à des normes corporelles qui s’appuient sur une bicatégorisation artificielle entre un sexe masculin et un sexe féminin6. En réaction à celle-ci, les œuvres étudiées mettent en avant la non-pertinence d’une opposition entre volonté d’intégration des normes et transgressions de celles-ci, puisque les trois personnages témoignent de ces deux mouvements antagonistes à différents stades des récits.

Pour finir, la fiction et le langage apparaissent dans les œuvres comme autant de moyens, pour les personnages dans le récit comme pour les auteur·ice·s, de dépasser les normes sociales binaires, et ce notamment dans un but de réappropriation de leur corps par les personnes trans, en parallèle ou non d’une transition médicale. La littérature permet en ce sens de réinventer des corps au-delà des normes.

Pour en savoir plus, le mémoire est intégralement et librement téléchargeable au format pdf.



Citer ce billet
Alban Marchier-Jamet (2021, 16 octobre). Penser les normes de genre à travers la représentation des corps trans dans la littérature contemporaine. Transitions littéraires. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu21

  1. CROWDAGGER L., Une Autobiographie transsexuelle (avec des vampires), Strasbourg : Dans nos histoires, 2014, 270 p. Roman accessible intégralement en ligne au format lyber. []
  2. FRANKEL L., Poppy et les métamorphoses, A.-L. Paulmont et F. Collay (trad.), Paris : Pocket, 2018, 576 p. []
  3. CASTRO C. et ZUTTION Q., Appelez-moi Nathan, Paris : Payot & Rivages, 2018, 144 p. []
  4. J’ai nommé dans mon mémoire ce type de représentation des personnes trans des “récits de transition”. []
  5. CASTRO C. et ZUTTION Q., Appelez-moi Nathan. Paris : Payot-Rivage, 2018, p. 138. []
  6. Les personnes cisgenres sont bien sûr également victimes d’injonctions à la normalisation de leurs corps et c’est en particulier le cas pour les personnes handicapées, racisées, les femmes, etc, sans oublier les personnes intersexes dont les corps ne correspondent pas aux normes féminines ou masculines et sont par conséquent soumis le plus souvent à des opérations mutilantes de normalisation. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search