Autobiographie et personnes trans

Projet de recherche de Master 2

Puisque nous sommes déjà à la fin du mois de février, il est plus que temps de partager ici mon projet de recherche pour mon mémoire de Master 2. Celui-ci a été rédigé principalement au mois de novembre mais, même si certaines réflexions ont pris depuis plus ou moins d’importance dans la construction de mon mémoire à ce stade de l’année, il me semble intéressant de le partager ici. J’ai donc retouché quelques formulations avant de le publier mais les idées principales sont celles que j’ai développées au cours du premier semestre il y a quelques mois.

Genre littéraire et transitions de genre

Si les personnes trans sont aujourd’hui explicitement présentes dans la littérature à travers des personnages fictionnels – que ce soit dans des romans, des bandes dessinées etc. –, historiquement elles ont, au cours du XXe siècle, principalement voire exclusivement été représentées dans les rayonnages des bibliothèques à travers leurs (auto)biographies. Je veux dire par là que, si des personnages ou des œuvres de fiction peuvent être lues ou relues de façon contemporaine comme des représentations trans, ce ne sont pas des œuvres où un·e ou des personnages sont explicitement identifié·e·s comme tels.

Encore aujourd’hui, le genre autobiographique occupe une place importante dans la représentation des personnes trans dans la littérature, en France comme à l’étranger, et les œuvres de fictions qui les incluent sont elles-aussi parfois inspirées de l’histoire de personnes ayant réellement existé, qu’il s’agisse ou non de l’auteur·ice de l’œuvre1.

Les genres (auto)biographiques étant mobilisés depuis plusieurs décennies pour faire entrer les personnes trans en littérature2, on peut dès lors se demander les raisons de cette asymétrie entre fiction et ouvrages littéraires plus ou moins inspirés de vies réelles mais aussi quelle évolution ces genres ont connu depuis les premiers récits autobiographiques de personnes trans.

Difficulté d’accès aux textes

Je peux noter dès maintenant qu’une des difficultés d’une telle étude repose sur la marginalité de tels textes, en général édités et imprimés une seule et unique fois et bien souvent introuvables en librairie quelques années après leur publication pour une bonne partie d’entre eux.

Si un certain nombre d’ouvrages reste accessibles notamment pour la France grâce au dépôt légal systématique à la Bibliothèque Nationale de France – pour les personnes fréquentant la capitale – mais aussi grâce à un travail de numérisation effectué de manière publique3 ou privée, cela reste limité et de nombreux ouvrages ne sont plus consultables que dans quelques rares bibliothèques, achetables sur le marché du livre d’occasion à un coût plus ou moins élevé, voire sont devenus complètement inaccessibles suite à la disparition et/ou à la détérioration des rares exemplaires encore en circulation4.

Ces difficultés d’accès ne sont pas propres aux années 2020 ni à la France puisqu’elles sont déjà soulignées par Sandy Stone dans « The Empire Strikes Back: A Posttranssexual Manifesto5 » dont la publication originale date de 1987. Celle-ci met dès lors en avant l’importance des collections personnelles constituées par des personnes et militant·e·s trans elleux-mêmes et notamment dans son cas le rôle de sa propre collection pour proposer une étude et une histoire littéraire et sociale des textes publiés par les personnes trans sur leur propre vie.

Étudier des œuvres rares, c’est aussi dans ce cadre leur donner une nouvelle visibilité, alors que les textes ne sont plus ou sont difficilement accessibles de façon directe. Cette difficulté d’accès devenant ainsi une des raisons d’être de la recherche menée sur les textes.

Spécificités de ces autobiographies

Au delà de ces questions d’accès aux textes, s’intéresser aux autobiographies des personnes trans, c’est aborder dans un même temps des axes d’études propres aux textes autobiographiques en général et des points spécifiques à la représentation des transidentités dans ces œuvres par leurs auteur·ices de leur point de vue trans. Parmi ces derniers, l’un des points qu’il me semble le plus important d’étudier est l’existence ou non de motivations spécifiques aux personnes trans dans le projet autobiographique.

On peut dans ce cadre se demander si la mise en scène de soi dans une autobiographie participe de la transition de son auteur·ice, que l’œuvre soit rédigée dans une temporalité considérée comme postérieure à la transition ou non. Il est possible de faire ici l’hypothèse d’une relation entretenue entre l’écriture de soi et le processus de transition des auteur·ice·s.

A l’inverse, il est nécessaire d’aborder également les liens entretenus par ces autobiographies avec celles publiées sur d’autres sujets par des auteur·ice·s cisgenres. Comment se situent donc ces autobiographies de personnes trans par rapport à d’autres autobiographies mais aussi par rapport à d’autres œuvres littéraires dont un ou des personnages sont trans ?

La dernière interrogation que je soulèverais ici est plus linguistique puisqu’elle concerne la forme du récit passé entrepris par une personne dont la manière de se présenter au monde a évolué – sur le plan du genre, de l’apparence mais aussi souvent du prénom. Comment, dans ce cadre, faire le récit d’un passé « masculin » lorsqu’on est une femme et inversement ?

Choix des œuvres

Ces dernières questions m’amènent à aborder les deux œuvres sur lesquelles j’ai choisi de m’arrêter puisque leurs deux autrices y ont à première vue fait des choix différents.

La première de ces œuvres est Travelling : un itinéraire transsexuel6, publié en 1974 par Kathy Dee. Dans celle-ci, l’autrice utilise d’abord le masculin pour se désigner puis passe peu à peu au féminin à mesure de l’avancée de sa transition dans l’autobiographie, mais toujours seulement en partie, selon la façon dont elle se conçoit ou dont les autres l’identifient à ce stade de son récit.

Décrite en quatrième de couverture par la maison d’édition comme le récit de la « naissance d’un écrivain » (sic, écrivain étant ici utilisé comme forme neutre sur le plan du genre), cette œuvre aborde la vie de l’autrice en empruntant au style du flux de conscience. Il s’agit donc d’une autobiographie qui, si elle reprend différentes étapes de la vie de l’autrice, n’en fait pas nécessairement le récit dans un ordre chronologique. Néanmoins, il faut noter que le titre de l’ouvrage, sa préface ainsi que son texte en lui-même souligne la transition de l’autrice conçue comme le passage d’un état (« masculin ») à un autre (« féminin »).

Au contraire, L’Étiquette7 de Barbara Buick, publié en 1971 soit seulement quelques années plus tôt, utilise une forme autobiographique plus classique. En effet, après un premier chapitre consacrée aux étapes préliminaires d’une opération à laquelle elle a recourt dans le cadre de sa transition, Barbara Buick assume d’effectuer un retour à son enfance qui l’amène à relater de façon chronologique son parcours, à la fois psychologique et biographique, jusqu’à rejoindre l’événement raconté dans ce premier chapitre.

D’un point de vue linguistique et trans, elle fait également un choix différent, puisque, contrairement à Kathy Dee, elle se désigne tout au long de son autobiographie au féminin, bien qu’elle note à de multiples reprises avoir été considérée une partie de sa vie comme un garçon8 même si elle souligne l’échec auquel ont souvent abouties ses tentatives de performer la masculinité dès son plus jeune âge.

Interdisciplinarité de la recherche

Les questions dégagées ci-dessus à propos des œuvres englobent différents axes de recherches que je vais maintenant expliciter. En effet, dans le cadre d’une recherche à l’intersection entre théorie littéraire et études trans, il me semble nécessaire d’aborder dans un premier temps les différents aspects qui y seront mobilisées séparément même si ceux-ci seront probablement entremêlés lors de la rédaction du mémoire.

Les deux principaux aspects de l’étude que je propose ici de mener sont évidemment l’autobiographie et les personnes trans et leur histoire, en France dans la deuxième moitié du XXe siècle, mais nous pouvons également retenir de façon secondaire la question de la réception des œuvres et de la prise en compte du lectorat dans des livres qui se proposent de rendre visible un fait social marginalisé, plus encore au début des années 1970 qu’aujourd’hui.



Citer ce billet
Alban Marchier-Jamet (2022, 24 février). Autobiographie et personnes trans. Transitions littéraires. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu24

  1. La bande dessinée Appelez-moi Nathan de Catherine Castro et Quentin Zuitton publiée en 2018 est un exemple d’œuvre de fiction inspirée à des auteur·ice·s a priori cisgenres par un homme trans réel. De son côté, le roman argentin Les Vilaines de Camila Sosa Villada, traduit en français en 2021, est inspiré de la vie de son autrice malgré son appartenance au genre fantastique. []
  2. Sandy Stone considère ainsi le récit de la transition de Lili Elbe publié par Niels Hoyer en 1933 dans son livre Man Into Woman comme l’un des premiers textes abordant de façon explicite la transidentité du point de vue d’une femme trans. Sandy STONE, « The Empire Strikes Back: A Posttranssexual Manifesto », avril 2014 [1987]. []
  3. Voir à ce sujet le projet ReLIRE et le travail de numérisation effectué par la société FeniXX chargée en collaboration avec la BNF de la mise en œuvre d’une rediffusion numérique des œuvres publiées en France du 1er janvier 1901 au 31 décembre 2000 et aujourd’hui indisponibles dans le circuit éditorial. Le fond numérisé par ReLIRE compte notamment quelques autobiographies de femmes transgenres dont les deux que je vais aborder par la suite. []
  4. Cette difficulté est encore plus marquée dans le cas des zine ou des entretiens et articles publiés dans des magazines et journaux qui, bien qu’ils soient à des degrés divers archivés de différentes manières – bibliothèques parfois associatives, versions numériques consultables librement ou non sur le web, etc. -, sont par définitions des médias plus éphémères qu’un livre édité. []
  5. Sandy STONE, « The Empire Strikes Back: A Posttranssexual Manifesto », avril 2014 [1987]. []
  6. Kathy DEE, Travelling : un itinéraire transsexuel, Paris, Belfond, 1974. Réédition numérique en 2020 par FenniXX. []
  7. Barbara BUICK, L’Étiquette, Paris, La Jeune Parque, 1971. Réédition numérique en 2020 par FenniXX. []
  8. Et non comme un homme puisqu’elle adopte une identité féminine à temps complet à l’âge adulte. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search